Jeudi 23 janvier 2020

De petites gens (1 Corinthiens 1,26-31)


Lire le texte

Déraciner, renverser, ruiner – démolir, bâtir, planter. Quatre actions pour anéantir. Deux pour construire. Mission en six temps reçue un jour par un prophète (Jérémie 1,10). Ces verbes me viennent en mémoire en lisant Paul. Selon lui, Dieu confirme sa stratégie en jouant la carte de la provocation. Hier, nous avons lu que Dieu lui-même suscite scandale pour les croyants et folie pour les sages, tous déstabilisés jusqu’au tréfonds d’eux-mêmes. Aujourd’hui, nous nous découvrons petites gens selon les critères du monde. Petites gens, expression toute en retenue par rapport à la vigueur de Paul. Petites gens, sans valeur ni considération : nous n’avons rien à quoi nous raccrocher. C’est le choix de Dieu. A nous d’être déstabilisés jusqu’au tréfonds de notre existence. Déstabilisés jusqu’à nous faire comprendre qu’aucune parole de vie ne peut naître de nous-mêmes. Dans le fouillis de nos traditions, de nos croyances, de nos préjugés, de nos illusions et de nos valeurs, Dieu en a du terrain à déblayer, du terrain à défricher jusqu’à ce que sa parole de vie nous rejoigne, nous relève, nous envoie pour aimer les autres à la manière du Christ, jusqu’au bout. Parole de vie à recevoir, humblement. Parole de vie à vivre, joyeusement. C’est là notre unique fierté, reçue du crucifié.

Jacques Küng

Prière: O Dieu, quand je n’aurai rien à quoi me raccrocher, vraiment plus rien, viens alors inscrire en moi ta parole de vie : «Ma grâce te suffit.»  

Référence biblique : 1 Corinthiens 1, 26 - 31

Commentaire du 24.01.2020
Commentaire du 22.01.2020